Quand le Figaro de 1903 fait sortir Honoré Mercier de sa tombe

Le classement des archives permet parfois de faire de petites redécouvertes : ainsi ce supplément du Figaro du 10 juillet 1903 consacré au Canada, document provenant du fonds Jean Aubry, premier secrétaire de l’association Perche-Canada. Je ne résiste pas au plaisir de publier le dessin humoristique de dernière page qui illustre la fougue d’Honoré Mercier, Premier ministre du Québec de 1887 à 1894 dans son souci de défendre la culture française en Amérique du Nord. Ainsi que l’atteste une coupure du journal « Le Perche » du 7 juin 1891 relatant sa visite à Tourouvre, pays de son ancêtre Julien Mercier, les Français confondaient alors allégrement la belle Province avec le Canada tout entier au point que l’on trouve écrit, à cette époque, qu’il en est le ministre, ce qui irrita fort le Gouvernement fédéral de l’époque.
Honoré Mercier, hommage à sa mémoire ! fut surtout le quasi-fondateur de la Francophonie d’aujourd’hui en défendant avec ferveur la langue française. Le monument élevé à sa mémoire devant le Parlement de Québec correspond en effet au 1er congrès francophone du Québec, le 25 juin 1912.
La province du Perche garde en tout cas un souvenir ému de sa visite des 31 mai et 1er juin 1891 qu’immortalisent aujourd’hui encore les vitraux placés dans le chœur de l’église Saint-Aubin de Tourouvre. À voir absolument !
Pour en apprendre davantage : voir Perche et Canada 4 siècles d’histoire “Le Grand Retour”

Première page du supplément du Figaro de juillet 1903
Le Perche du 7 juin 1891 relatant la visite d’Honoré Mercier à Tourouvre les 31 mai et 1er juin
Le vitrail représentant Honoré Mercier reçu à Tourouvre.
Le monument dans les jardins du Parlement à Québec (photo Jean Provencher)