Tourouvre-au-Perche : les Muséales (inauguration le 30 septembre 2006). L’ensemble à visiter comprend le musée de l’émigration française au Canada et le musée de l’Épicerie (musée des commerces et des marques)

L'association Perche Canada

Visite à Boucherville en 2017

Fondée en 1956, l’association Perche-Canada, membre de l’association nationale France-Canada, a pour objet de renouer et d’entretenir les liens entre les habitants du Perche d’aujourd’hui et les descendants des émigrants partis de la province au XVIIe siècle vers la Nouvelle-France. À l’instigation de Robert Giffard (né à Autheuil vers 1587- décédé à Beauport, province de Québec, Canada, en 1668), ils furent les premiers, dès 1634, à établir une colonie sur les rives du Saint-Laurent et à mettre en œuvre l’exploitation agricole des terres. Perche-Canada perpétue le souvenir de cette page d’histoire par des recherches, des animations, des voyages et par de nombreuses commémorations. Elle est l’une des plus anciennes associations d’amitié franco-canadienne. 

Assemblée générale à Saint-Mard-de-Réno en 2019

Honoré Mercier en précurseur

2019 : Louise et Pierre Guimond en l’église de Tourouvre devant l’un des deux vitraux commémorant la visite d’Honoré Mercier en 1891

1905 : visite d’Adélard Turgeon à Mortagne, ville d’origine de son ancêtre. Il se rend alors à Saint-Malo.

Au manoir de la Brocquerie à Boucherville en 1922, autour d’Anatole de Boucherville, célébration du 3e centenaire de la naissance de Pierre Boucher.

Vers 1870 : début de l’importation des premiers chevaux percherons vers le Canada. Leur puissance de trait permet notamment la mise en valeur des terres des provinces de l’Est canadien.

1891 : visite à Tourouvre (Orne) d’Honoré Mercier (1840-1894), Premier ministre du Québec, descendant de Julien Mercier (1621-1678), parti en 1647. Elle marque le début des retrouvailles entre la province du Perche et le Canada, notamment le Québec. En souvenir de ce pèlerinage sur la terre de son ancêtre, Honoré Mercier offre deux vitraux. Ils seront inaugurés le 4 mai 1899 dans l’église paroissiale par Mgr Bardel, évêque de Séez.

1905 : Visite à Mortagne- au- Perche et Tourouvre, d’Adélard Turgeon, ministre des Eaux et forêts du Québec, lui-même descendant de l’émigrant mortagnais Charles Turgeon (1627- ?) parti en 1662.

1916-1918 : des bûcherons du Canadian forestry corps arrivent dans le Perche afin d’exploiter les forêts et de fournir le bois nécessaire aux Alliés engagés sur le front. Un chêne en mémoire de ces forestiers sera inauguré en 2017. Pendant ce temps, des milliers de soldats canadiens participent à la défense de la patrie de leurs ancêtres en combattant dans les tranchées.

1922 : Anatole de Boucherville (1848-1924), descendant de Pierre Boucher (1622-1717), issu de la branche familiale implantée sur l’île Maurice, se retire en France. Afin de rendre hommage à son ancêtre, il se rend à Boucherville à l’occasion de la commémoration du 3e centenaire de sa naissance et participe à l’inauguration de sa statue réalisée par Alfred Laliberté, et installée en façade du parlement de Québec.

1923 : Anatole de Boucherville se rend à Mortagne-au-Perche. Il sensibilise les élus sur l’importance qu’a représenté Pierre Boucher, natif de Mortagne, dans l’histoire de la Nouvelle-France. Une rue “Pierre-Boucher” (ancienne rue des “Deux-Places”) est inaugurée  en 1924.

20 et 21 août 1927 : Inauguration en présence de Pierre Dupuy, délégué du Gouvernement canadien, en l’église Notre-Dame de Mortagne, d’un vitrail à la mémoire de Pierre Boucher (1622-1717). L’œuvre est réalisée par les maîtres-verriers Louis Barillet, Jacques Lechevalier et Théo Hansen. Renée Nizan, jeune organiste de 14 ans, tient le grand orgue à l’occasion de la cérémonie de bénédiction

1938 : séjour dans le Perche du Père Paul-Eugène Trudel (1887-1962) dont l’ancêtre Jean Trudel est originaire de Parfondeval. Ce voyage inaugure le grand retour des descendants des émigrants du 17e siècle et la poursuite des recherches généalogiques déjà engagées au Québec .

1944 : Participation des soldats canadiens à la Libération de la France. Comme en 1914-1918, beaucoup  donnent leur vie sur la terre même de leurs ancêtres.

1949 : visite à Mortagne du généalogiste Gabriel Drouin (1915-1989). Au Pin-la-Garenne, il inaugure une plaque commémorative en souvenir de son ancêtre Robert Drouin ( Saint-Barthélémy du Pin 1607-Château-Richer 1685).

1952 : une délégation des Bouchard d’Amérique du Nord inaugure une plaque en mémoire de l’ancêtre Claude Bouchard, parti Saint-Cosme-en-Vairais. Cette manifestation donne l’idée à Fernand Fortin (1888-1963), habitant du village passionné d’histoire de fonder une association commémorant l’émigration des Percherons au 17e siècle.

Mars 1955 : l’ambassadeur du Canada, Jean Désy (1893-1960) visite Mortagne à l’occasion de la foire-exposition. Il est accompagné par son épouse née Corinne Boucher de Boucherville, petite-fille de Charles Boucher de Boucherville (1822-1915), en son temps Premier ministre du Québec. Un comité Perche-Canada est fondé à cette occasion qui deviendra l’année suivante, l’association Perche-Canada .

La fondation de l’association Perche-Canada

Édouard Leboucher, président fondateur de l’association Perche-Canada

Plaque en souvenir d’Édouard Leboucher devant sa maison de Saint-Marc-de-Réno

Le chanoine Jean Aubry, Pierre et Françoise Montagne, animateurs de la première heure

Fernand Fortin, de Saint-Cosme-en-Vairais, cofondateur de Perche-Canada en compagnie d’un visiteur québécois

7 février 1956 : Après la visite en 1955 à Mortagne et à Tourouvre, de M. Desy, ambassadeur du Canada en France, création de l’association Perche-Canada.

Le premier bureau est ainsi composé :

  • Edouard Leboucher (1914-1985), président-fondateur
  • Chanoine Jean Aubry (1904-1986), secrétaire général,
  • Robert Moreuil (1905-1987), trésorier,
  • Fernand Fortin (1888-1963), administrateur.
  • Autres administrateurs : Jules Fauvel, curé de Mortagne ; André Durand, négociant, Tourouvre ; Léon Dorise, notaire, Bellême ; Maurice Bazille, curé de Courgeoust ; André Forêt, éleveur, Loisail ; Henri Drouin, éleveur, Mortagne ; Alphonse Trudelle, mécanicien,  Saint-Langis-lès-Mortagne ; Jacques Lecomte, avoué, Mortagne.
 

But de l’association: l’accueil des descendants des pionniers percherons du XVIIe siècle et l’approfondissement de la connaissance généalogique et historique sur le phénomène migratoire qu’a représenté le départ des Percherons vers la Nouvelle-France. En mars, M. Desy, ambassadeur et son épouse née Corinne Boucher, visitent Tourouvre et inaugurent la foire-exposition de Mortagne.

1957 : l’historien Marcel Trudel (1917-2011), doyen de l’université Laval, descendant de l’émigrant Jean Trudelle (vers 1629-1699) émigré en 1655, donne une conférence sur l’histoire de l’émigration.

Quelques années plus tard l’historienne Françoise Lamarche-Montagne (1912-1993), domiciliée dans le Perche, ainsi que son mari, l’ingénieur général Pierre Montagne (1902-1988), rejoignent les animateurs de Perche-Canada. Françoise Montagne, en paléographe chevronnée, entreprend un travail de recherche systématique dans les registres paroissiaux et dans les archives (XVIIe siècle) des notariats de la région du Perche. 

Ces investigations permettent de découvrir de nombreux actes, totalement ignorés, ayant trait à l’engagement des premiers émigrants avec Robert Giffard ou les frères Noël (1592-1672) et Jean Juchereau (1593-1648), initiateurs du mouvement de colonisation vers la Nouvelle-France. Le domicile de ces mêmes émigrants au moment de leur départ étant mentionné, une première liste d’une dizaine de maisons d’ancêtres et de près d’une trentaine de paroisses d’origine peut être établie. Ces découvertes font l’objet de publications dans les bulletins de Perche-Canada, les Cahiers Percherons et les Mémoires de la Société généalogique canadienne-française. Ils suscitent le plus vif intérêt en France et au Canada.

S’appuyant sur ces travaux et en reconnaissance de l’œuvre fondatrice des Percherons, de nombreux descendants, en particulier des personnalités canadiennes, ambassadeurs, ministres y compris le Premier ministre Jean Chrétien en 2000, ainsi que plusieurs délégués généraux du Québec, effectueront le pèlerinage dans le Perche, terre des ancêtres.

1965 : Françoise Montagne publie « Tourouvre et les Juchereau » considéré comme un ouvrage de référence sur l’histoire de l’émigration à partir de Tourouvre, foyer du mouvement.

En 1966-1967, Perche-Canada est partie prenante aux contacts entre la ville de Boucherville (Québec) et Mortagne-au-Perche qui aboutiront au jumelage des deux cités. Le trait d’union est ainsi établi entre la ville natale de Pierre Boucher (1622-1717) et la ville qu’il a fondée, en 1667, sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, où il repose depuis son décès. Aujourd’hui encore de nombreux échanges et des voyages font vivre ce lien.

1985 : suite au décès d’Édouard Leboucher, Marcel Correia est élu président.

1987 : inauguration du premier musée de l’émigration de Tourouvre en présence de Lucien Bouchard, ambassadeur du Çanada à Paris et de M. Cloutier, président de l’université Laval, Jacques Nortier étant maire de Tourouvre.

1996 : Claude Vitre devient le 3e président de Perche-Canada.

12 juin 2000 : visite du Premier ministre du Canada Jean Chrétien qui annonce la participation de son pays au projet du musée de l’Émigration française au Canada.

30 septembre 2006 : inauguration des Muséales de Tourouvre en présence de Claude Laverdure, ambassadeur du Canada à Paris, Guy Monhée étant maire de Tourouvre.

Le Perche s’honore d’avoir reçu de nombreuses personnalités québécoises ou venues d’autres provinces du Canada afin de découvrir la terre de leurs ancêtres : Isabelle Boulay, la chanteuse, Guylène Tremblay, la comédienne, Anne Robert et Jacques Boucher, musiciens, etc.

Bureau actuel de Perche-Canada

Élus en 2009, président, Michel GANIVET; vice-présidentes : Catherine BRY et Élisabeth MONTAGNE-BOREL; secrétaire générale: Odile Léonardi, secrétaire-adjointe : Béatrice DEVEDJIAN; trésorier : Jean-Pierre GAY. Membres : Catherine BURGER, Maurice FORTIN, Françoise GUIBERT, Catherine GUIMOND, Gérard GOSSET, Jean Claude LENOIR, Jean-François LOISEAU, Guy MONHÉE, Jonathan STANIC (directeur des Muséales de Tourouvre), Jean-François SUZANNE, Alain SAUVAGE, Pierre STOCKMAN.

1958 : le premier bureau de Perche-Canada pose pour « La Presse » journal de Montréal. Assis, Georges Jehanin, maire de Mortagne, Jean Aubry, secrétaire, Jules Fauvel, archiprêtre, Fernand Fortin, de Suré représentant Saint-Cosme-en-Vairais ; debout : Alfred Ayotte, journaliste à Montréal, André Durand, Tourouvre, Raoul Cloutier, journaliste à Montréal, Alphonse Trudel, Saint-Langis-lès-Mortagne, Édouard Leboucher, président, Saint-Mard-de-Réno, Robert Moreuil, trésorier, Feings, Archives de l’Orne, 7FI 1016.

23 juin 2000 : visite à Tourouvre et Mortagne du Premier ministre canadien Jean Chrétien venu annoncer le soutien de son pays au projet d’un musée de l’émigration française au Canada.