En forêt de Bellême, un chêne commémorera désormais le souvenir des bûcherons canadiens de la Première Guerre mondiale

Samedi 16 septembre 2017, marquera une date importante dans l'histoire de la forêt de Bellême. À l'initiative de l'Office national des forêts, a été choisi un chêne remarquable qui perpétuera, sur le territoire de la commune de La Perrière, le souvenir des bûcherons canadiens venus dans les années 1917 et 1918, afin de soutenir l’effort de guerre. Au nombre d’un millier, renforcés par des prisonniers allemands et des soldats britanniques, ils ont en effet exploité le massif afin de produire les pièces de bois nécessaires au front. Leur camp se trouvait au Ravalier, proche de l’actuelle maison forestière. D’autres lieux d’exploitations et des scieries étaient installés à Bellavilliers (Le Pont aux Ânes) et non loin du village de Saint-Ouen-de-la-Cour.
Leur présence est attestée par les superbes photographies de Paul Lancre aujourd’hui remises aux Archives départementales de l’Orne. En 2011, une exposition et un ouvrage, intitulés « Haches de Guerre » ont permis de retracer cette page et de montrer les liens qui se sont alors établis avec la population locale, d’où l’idée de Thierry Grudé, technicien de l’ONF, de proposer à sa direction de laisser à la postérité un « monument vivant » illustrant le séjour de ces hommes venus en majorité de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse.
Alors que les Percherons sont partis coloniser et défricher le Canada au 17e siècle, ce sont des Canadiens qui, à leur tour, sont venus travailler dans nos forêts et, ainsi, contribuer à la victoire de 1918..

Le nouvel arbre remarquable âgé d’environ 180 ans, proche du célèbre « chêne de l’École », a été inauguré en présence des personnalités de la région et des envoyés de l’ambassade du Canada conduits par Tristan Landry, conseiller politique.

Photo de famille devant le chêne des Canadiens appelé désormais à faire connaître une belle page d'histoire.

À l'entrée de l'espace en cours d'aménagement une œuvre de M. Ferruel, sculpteur à la tronçonneuse, ici en compagnie de Tristan Landry, de l'ambassade du Canada, et de Thierry Grudé, technicien de l'ONF à l'origine de cette belle idée.

Au terme de cette manifestation, Anick Bruneau, conseillère départementale a remis à Frédérick Caron, attaché de défense adjoint, représentant de l'attaché militaire de l'ambassade du Canada, un exemplaire du livre "Hache de Guerre" racontant l'histoire des bûcherons canadiens en forêt de Bellême, richement illustré par les photos de Paul Lancre.