L'Association

Fondée en 1956, l’association Perche-Canada, membre de l’association nationale France-Canada, a pour objet de renouer et d'entretenir les liens entre les habitants du Perche d’aujourd’hui et les descendants des émigrants partis de la province au XVIIe siècle vers la Nouvelle-France. À l’instigation de Robert Giffard (né à Autheuil vers 1587- décédé à Beauport, province de Québec, Canada, en 1668), ils furent les premiers, dès 1634, à établir une colonie sur les rives du Saint-Laurent et à mettre en œuvre l’exploitation agricole des terres. Perche-Canada perpétue le souvenir de cette page d’histoire par des recherches, des animations, des voyages et par de nombreuses commémorations. Elle est l’une des plus anciennes associations d’amitié franco-canadienne.

Honoré Mercier en précurseur

1891 : Honoré Mercier, Premier Ministre  du Québec visite Tourouvre
1891 : Honoré Mercier, Premier Ministre
du Québec visite Tourouvre

La visite en 1891 à Tourouvre (Orne) d’Honoré Mercier (1840-1894), Premier ministre du Québec, descendant de Julien Mercier (1621-1678), parti en 1647, marque le début des retrouvailles entre la province du Perche et le Canada, notamment le Québec. En souvenir de ce pèlerinage sur la terre de son ancêtre, Honoré Mercier offre deux vitraux. Ils seront inaugurés le 4 mai 1899 dans l’église paroissiale par Mgr Bardel, évêque de Séez.

1905 : Visite à Mortagne-au-Perche et Tourouvre, d’Adélard Turgeon, ministre des Eaux et forêts du Québec, lui-même descendant de l’émigrant mortagnais Charles Turgeon (1627- ?) parti en 1662.

1914-1918 : Le Canada envoie en France un fort contingent afin de combattre aux côtés de troupes alliées. Des milliers de jeunes soldats meurent dans la Somme, notamment à la côte de Vimy. Des bûcherons canadiens œuvrent dans le Perche afin d’exploiter les forêts, d’alimenter le front en bois de soutènement des tranchées et autres ouvrages de guerre.

20 et 21 août 1927 : Inauguration en présence de Pierre Dupuy, délégué du Gouvernement canadien, en l’église Notre-Dame de Mortagne, d’un vitrail à la mémoire de Pierre Boucher (1622-1717), natif de Mortagne, fondateur de Boucherville près de Montréal.

1944 : Participation des soldats canadiens à la Libération de la France. Beaucoup d’entre eux donnent leur vie sur la terre même de leurs ancêtres.

La fondation de l’association Perche-Canada


Édouard Leboucher, 
président fondateur de 
l'association Perche-Canada

7 février 1956 : À la veille de la visite à Mortagne et à Tourouvre, de M. Desy, ambassadeur du Canada en France, création de l’association Perche-Canada.

Le premier bureau est ainsi composé :

  • Edouard Leboucher (1914-1985), président-fondateur
  • Chanoine Jean Aubry (1904-1986), secrétaire général,
  • Robert Moreuil (1905-1987), trésorier,
  • Fernand Fortin (1888-1963), administrateur.
  • Autres administrateurs : Jules Fauvel, curé de Mortagne ; André Durand, négociant, Tourouvre ; Léon Dorise, notaire, Bellême ; Maurice Bazille, curé de Courgeoust ; André Forêt, éleveur, Loisail ; Henri Drouin, éleveur, Mortagne ; Alphonse Trudelle, mécanicien,  Saint-Langis-lès-Mortagne ; Jacques Lecomte, avoué, Mortagne.

But de l’association: l’accueil des descendants des pionniers percherons du XVIIe siècle et l’approfondissement de la connaissance généalogique et historique sur le phénomène migratoire qu’a représenté le départ des Percherons vers la Nouvelle-France. En mars, M. Desy, ambassadeur et son épouse née Corinne Boucher, visitent Tourouvre et inaugurent la foire-exposition de Mortagne.

1957 : l’historien Marcel Trudel (1917-2011), doyen de l’université Laval, descendant de l’émigrant Jean Trudelle (vers 1629-1699) émigré en 1655, donne une conférence sur l’histoire de l’émigration.


Le chanoine Jean Aubry, 
secrétairede Perche-Canada et 
Françoise Montagne, historienne.

Quelques années plus tard l’historienne Françoise Lamarche-Montagne (1912-1993), domiciliée dans le Perche, ainsi que son mari, l’ingénieur général Pierre Montagne (1902-1988), rejoignent les animateurs de Perche-Canada. Françoise Montagne, en paléographe chevronnée, entreprend un travail de recherche systématique dans les registres paroissiaux et dans les archives (XVIIe siècle) des notariats de la région du Perche. Ces investigations permettent de découvrir de nombreux actes, totalement ignorés, ayant trait à l’engagement des premiers émigrants avec Robert Giffard ou les frères Noël (1592-1672) et Jean (1593-1648) Juchereau, initiateurs du mouvement de colonisation vers la Nouvelle-France. Le domicile de ces mêmes émigrants au moment de leur départ étant mentionné, une première liste d’une dizaine de maisons d’ancêtres et de près d’une trentaine de paroisses d’origine peut être établie. Ces découvertes font l’objet de publications dans les bulletins de Perche-Canada, les Cahiers Percherons et les Mémoires de la Société généalogique canadienne-française. Ils suscitent le plus vif intérêt en France et au Canada.


Eté 1958 : lors d’une réunion à la mairie de Mortagne, le bureau de Perche-Canada accueille
les envoyés du journal «La Presse» de Montréal.
De gauche à droite, assis : le Dr Georges Jehanin, maire de Mortagne, le chanoine Jean Aubry,
directeur de l’école Bignon, secrétaire de Perche-Canada, le chanoine Jules Fauvel, curé de Mortagne,
Fernand Fortin, de Suré, administrateur de Perche-Canada.
De gauche à droite, débout : Alfred Ayotte, de Montréal, André Durand, de Tourouvre,
Raoul Clouthier, de Montréal, Alphonse Trudel, de Saint-Langis-lès-Mortagne, Me Édouard Leboucher,
notaire à Saint-Mard-de-Réno, président de Perche-Canada, Robert Moreuil, de Feings, trésorier de Perche-Canada.

1965 : Françoise Montagne publie « Tourouvre et les Juchereau » considéré comme un ouvrage de référence sur l’histoire de l’émigration à partir de Tourouvre, foyer du mouvement.

Depuis 1956, en reconnaissance de l’œuvre fondatrice des Percherons, de nombreuses personnalités canadiennes, ambassadeurs, ministres y compris le Premier ministre Jean Chrétien en 2000, ainsi que plusieurs délégués généraux du Québec, ont effectué le pèlerinage dans le Perche, terre des ancêtres.

Quelques dates essentielles

Juin 1987 : Inauguration à Tourouvre du musée de l’Émigration percheronne par Lucien Bouchard, ambassadeur du Canada en France.

Avril 1989 : Congrès de Perche-Canada à La Ventrouze en présence du cardinal Gagnon.

Février 1996 : À Saint-Cosme-en-Vairais, Benoît Bouchard, ambassadeur du Canada en France inaugure l’école primaire « Claude-Bouchard » en mémoire de son ancêtre Claude (vers 1626-1699).

Avril 1997 : En présence de Jacques Roy, ambassadeur du Canada en France, congrès de Perche-Canada à Randonnai, paroisse d’origine de Pierre Tremblay (né vers 1626-décédé entre 1687 et 1689). Il est l’ancêtre des milliers de Tremblay d’Amérique du Nord.

1998 : La réflexion s’engage sur l’avenir du musée de l’émigration. Sous l’égide de la communauté de communes du Haut-Perche, présidée par Guy Monhée, l’idée d’une Maison de l’Émigration Française en Canada est lancée avec le soutien du Gouvernement canadien.

23 juin 2000 : La visite de Jean Chrétien, Premier ministre du Canada, est perçue dans le Perche, à Tourouvre et à Mortagne, comme un encouragement décisif à la réalisation du grand projet de la Maison de l’Émigration.

19 juin 2004 : pose de la première pierre en présence de Claude Laverdure, ambassadeur du Canada en France, d’Alain Lambert, ancien ministre, président de l’association France-Canada et de l’honorable Marie-P. Poulin, sénatrice, présidente de la Fédération Canada-France. Cette manifestation était organisée dans le cadre du 54e congrès France-Canada réuni à Alençon du 16 au 20 juin.

30 septembre 2006 : inauguration des Muséales de Tourouvre et du Musée de l’Émigration française au Canada en présence de M. Claude Laverdure, ambassadeur du Canada en France.


30 septembre 2006 à Tourouvre : inauguration par M. Claude Laverdure,
ambassadeur du Canada en France, des Muséales, ensemble composé
par le musée de l’Épicerie  et musée de l’Émigration française au Canada.

Depuis sa fondation, Perche-Canada, en accord avec les associations de famille d’Amérique, a fait apposer de nombreuses plaques commémoratives dans les églises des paroisses d’origine des émigrants du XVIIe siècle.

Perche-Canada aujourd’hui

Perche-Canada a poursuivi le travail de recherche. À partir des travaux de Françoise Montagne et des différentes bases de données aujourd'hui disponibles, une liste de référence des émigrants a pu être établies. Elle comporte 306 noms (voir notre page "Les Émigrants").

Les présidents de Perche-Canada :

  • 1956-1985 : Édouard Leboucher.
  • 1986-1996 : Marcel Correia.
  • 1996-2008 : Claude Vitre.

Composition du bureau depuis 2009 :

  • Président : Michel Ganivet.
  • Vice-présidents : Jacques Nortier, Katherine Bry, Elisabeth Borel-Montagne.
  • Secrétaire-Générale : Odile Léonardi.
  • Secrétaire-adjointe : Béatrice Devedjian.
  • Trésorier-Général : Jean-Pierre Gay.
  • Trésorier-adjoint : Yves Pavillet.